12 Légendes urbaines Japonaises effrayantes

octobre 19, 2021 7 min de lecture

Légendes urbaines Japonaises

Fantômes, créatures mystérieuses, phénomènes paranormaux… Les légendes urbaines japonaises sont des histoires anciennes qui se répandent au pays du Soleil Levant.

Simples rumeurs, avertissements, ou faits réels… ces histoires d'horreur japonaise sont absolument terrifiantes. Oserez-vous les lire ?

🥶 1. Hachishakusama, la femme de 8 pieds de haut 

Hachishakusama

Crédit: @Asher45567 sur DeviantArt.com

Hachishakusama est une entité maléfique qui enlève les enfants au Japon. On la reconnaît à sa taille immense de 8 pieds de haut et à ses longs cheveux noirs. Le yurei (fantôme japonais) annonce sa venue en émettant un bruit étrange qui ressemble à « po po po po ». Un jour, un petit garçon qui jouait tranquillement dans le jardin de ses grands-parents eut la malchance de croiser son chemin.

Alors qu’il entendit un son mystérieux au loin, il aperçut la silhouette gigantesque d’Hachishakusama. L’enfant s’empressa de raconter ce qu’il avait vu à ses grands-parents. Ces derniers changèrent aussitôt de visage et se mirent à trembler. Leur petit-fils était victime d’un esprit malin. Effrayés, ils décidèrent de consulter une sorcière. Le jeune garçon devait alors rester enfermé dans sa chambre toute la nuit en serrant contre lui un parchemin et ne surtout pas ouvrir à Hachishakusama. Plus tard, l’enfant perçut à nouveau le son « po po po po » suivi de la voix de son grand-père qui lui demandait d’ouvrir la porte. Il comprit qu’il s’agissait en fait du démon et garda la porte bien fermée jusqu’à 7h du matin comme on lui avait demandé. Mais on ne se débarrasse pas d’Hachishakusama si facilement… Alors que le petit garçon était sur la route accompagné de ses grands-parents et regardait par la fenêtre, il aperçut encore une fois la longue silhouette du démon.

🦵 2. Teke Teke, la femme sans jambes

Teke Teke

Crédit: @RavenDANIELS sur DeviantArt.com

Une jeune japonaise nommée Kashima Reiko rentrait chez elle tandis que la nuit était déjà tombée. Malheureusement, elle fut victime d’un groupe d’agresseurs. Frappée, violée et laissée pour morte, la pauvre femme agonisante se traîna sur le sol pour supplier de l’aide. Très affaiblie, elle perdit connaissance sur une voie ferrée. C’est alors qu’elle fut coupée en deux par un train. Depuis, l’esprit de la défunte hante les gares à la recherche de ses jambes disparues. Par ailleurs, « Teke teke » est le son qu’elle fait en rampant avant de s’attaquer à ses proies. Le revenant est connu pour trancher les membres inférieurs de ses proies.

💆‍♀ 3. Rokurokubi, la créature au long cou 

Rokurokubi

Crédit: @cinemamind sur DeviantArt.com

Méfiez-vous des apparences, car cette créature très séduisante le jour se transforme en horrible monstre la nuit. Son cou s’allonge et elle devient alors impitoyable. Les légendes de rokurokubi sont très présentes dans le folklore japonais. Certaines de ces créatures ne font qu’effrayer les humains alors que d’autres les dévorent. Le plus souvent ces yokai d’apparence ordinaire passent totalement inaperçus dans la société. Ils ont un emploi, une famille et des amis comme tout le monde. Il arrive même que certains d’entre eux se prennent pour des humains et confondent leurs rêves avec la réalité. Heureusement, on peut démasquer ces dangereuses créatures avec leurs petites traces blanches au niveau du cou.

🚽 4. Hanako San, l'esprit des toilettes

Hanako San

Crédit: @XxJokerxX sur DeviantArt.com

Hanako San est un esprit vengeur qui hante les toilettes du 3e étage dans les écoles. Cette fillette aux cheveux noirs qui effraie les enfants se trouve dans le 3e cabinet des toilettes des filles. On raconte qu’Hanako San aurait trouvé la mort lors d’un bombardement à la Seconde Guerre mondiale. Une autre version prétend qu’elle aurait été tuée par un pervers. Enfin, une dernière rumeur dit qu’elle se serait suicidée. Dans tous les cas, gare à ne pas prononcer son prénom trois fois si vous ne voulez pas qu’elle vous aspire en enfer.

🎯 5. L'enfer de Tomino, le poème qui tue

enfer de Tomino

 Crédit: @sasha-shaderski sur DeviantArt.com

A tous les amateurs de poésie japonaise, sachez qu’une légende urbaine affirme que quiconque lit ces vers à voix haute meurt. Il s’agit d’un poème de Yomota Inuhiko nommé l’Enfer de Tomino qui évoque la condamnation d’un jeune garçon ayant commis des actes atroces. Un peu glauque tout ça ! Bref, il s’agit d’un poème assassin qu’il ne vaut mieux pas prononcer. La légende d’horreur japonaise fait écho à Gloomy Sunday, une célèbre chanson japonaise qui avait provoqué une vague de suicide dans les années 30.

🤐 6. Kuchisake Onna, la femme à la bouche fendue

Kuchisake Onna

 Crédit: @Matakoura sur DeviantArt.com

Cette légende urbaine très connue au Japon est celle d’une très belle dame de l’époque d’Edo, victime de son mari jaloux. Alors qu’il soupçonnait son épouse de lui être infidèle, un samouraï décide de lui trancher la bouche en guise de vengeance. En mutilant sa femme, il lui cria « Qui te trouvera belle maintenant ? », puis il l’assassina. Après sa mort, la défunte défigurée se transforma en onryo (esprit vengeur). Animée par la colère, elle n’hésite pas à tuer les petits enfants ou les hommes selon les versions. On raconte qu’elle erre dans les forêts la nuit, le visage dissimulé sous un masque chirurgical et demande aux passants « Suis-je belle ? ». Si vous répondez oui, elle retire son masque et rétorque « Même ainsi ? » Quelle que soit votre réponse, elle vous découpera la bouche. Toutefois, vous pouvez encore vous en sortir en lui retournant la question. 

🏰 7. Hitobashira, le sacrifice humain du château de Maruoka

Hitobashira

 Crédit: @Guang-Yang sur DeviantArt.com

Saviez-vous qu’au Japon, on pratiquait le sacrifice humain jusqu’au 17e siècle pour préserver les édifices des catastrophes naturelles. Des personnes étaient enterrées vivantes ou même emmurées à proximité des ponts, des temples ou des châteaux, en offrandes aux kamis. On appelait ce rite : Hitobashira (pilier humain). Oshizu fut malheureusement l’une d’entre elles. Construit à l’époque Sengoku, le château de Maruoka était un monument de grande envergure au Japon, cependant le donjon finissait toujours par s’effondrer. Il fallait donc trouver un moyen de stabiliser les fondations. C’est alors que vient l’idée d’ajouter un pilier humain. Une femme nommée Oshizu accepta d'être emmurée vivante en échange de faire de son fils un samouraï… seulement, la promesse ne fut pas tenue. Depuis, ses larmes inondent les douves du château tous les ans.

👻 8. Kiyotaki, la légende du tunnel maudit

Kiyotaki tunnel

Source : https://www.patreon.com/posts/haunted-kiyotaki-12927150

Cette histoire d’horreur, très populaire au Japon est celle d’un tunnel hanté. Le passage souterrain reliant Arashiyama à Sagakiyotaki fut fondé au début du 19e siècle dans des conditions atroces. Nombre d’ouvriers seraient morts d’accidents ou d’épuisement au court de sa construction. Il n’est donc pas surprenant que des âmes perdues hantent les lieux. On raconte qu’on pourrait y voir une dame blanche ou d’autres fantômes provoquant des accidents de la route. De plus, le tunnel Kiyotaki mesure 444 mètres de long et, rappelez-vous, le chiffre 4 est maudit dans l’archipel. Alors, si vous empruntez ce couloir des ténèbres, soyez prudent au volant.

🧟‍♂ 9. Aka Manto, ferez-vous le bon choix ?

Aka Manto

 Crédit: @ShinySmeargle sur DeviantArt.com

Décidément, les toilettes au Japon font l’objet de nombreuses légendes urbaines. Après l’histoire d’Hanako San, la fille des cabinets, voyons celle d’Aka Manto, un jeune homme au manteau rouge. Alors qu’il était régulièrement harcelé par ses camarades de classe, un garçon décida de mettre fin à ses jours dans les WC. Depuis, le défunt se venge en s’en prenant à ceux qui vont faire leurs besoins. Les rumeurs disent qu’il demande aux usagers s’ils préfèrent du papier rouge ou bleu. Il n’y a pas de bonnes réponses, car si vous choisissez le premier il vous tuera dans une mare de sang et si vous optez pour le second vous serez étranglé.

🐮 10. Gozu ou tête de vache, le récit qui terrorise

Gozu

 Crédit: @RyuHoshi-DeadCrow sur DeviantArt.com

Si l’on ne connaît pas vraiment le contenu de cette histoire on sait qu’il ne vaut mieux pas la raconter au risque d’être condamné à mourir. Gozu est un esprit maléfique à l’apparence d’une tête de vache. Au cours d’un voyage scolaire, un professeur ne sachant comment calmer ses élèves dissipés eut la mauvaise idée de raconter cette légende de l’horreur. Le démon vient alors prendre possession de son corps. Lorsque le professeur eut terminé son récit, le bus avait eu un accident et tous ses élèves étaient à l’agonie sur le sol. Aucun survivant ne put se souvenir de l’histoire d’horreur japonaise qui avait causé cette tragédie.

🏚 11. Le village Inunaki, un lieu maudit sans foi ni loi

Inunaki

 Crédit: @RyuHoshi-DeadCrow sur DeviantArt.com

Connaissez-vous la légende de ce village fantôme complètement isolé de la civilisation dans la préfecture de Fukuoka ? A Inunaki, aucune loi n’est appliquée comme peut l’attester le panneau qui figure à l’entrée. Ainsi, au milieu des meurtres et de la barbarie règne le chaos. De même, une rumeur raconte que les appareils électriques ne peuvent fonctionner dans cet endroit mystérieux. La légende urbaine du village Inunaki n’a jamais pu être vérifiée puisque personne ne revient de ce lieu maudit. En revanche, on sait que le village s’est progressivement dépeuplé à cause de l’urbanisation.

🌳 12. Aokigahara, la forêt des suicides

Aokigahara

Crédit: @thatbruno sur DeviantArt.com

Certainement l’endroit le plus hanté du Japon, Aokigahara est une vaste forêt qui situe en bas du célèbre Mont Fuji…. Installée sur une coulée de lave datant du 9e siècle, elle est peuplée par de nombreux conifères. On la surnomme « La mer d’arbres » ou « Jukai » en japonais. Très sombre et dense, on raconte que quiconque s’aventure dans cette masse de végétation n’en sort pas. En effet, on peut s’y perdre facilement, d’autant plus que la forêt s’étend sur 35km2. D’autre part, elle est tragiquement réputée pour ses nombreux suicides. On y trouverait des rubans laissés par les gens pour retrouver leur chemin, des objets et parfois des cadavres. La forêt d’ Aokigahara a de quoi vous terroriser.

 

Et vous, connaissez-vous d’autres légendes urbaines japonaises à vous glacer le sang ? Racontez-nous en commentaires.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Vous aimerez lire aussi :

minimalisme japonais
Minimalisme japonais et philosophie de vie

novembre 30, 2021 6 min de lecture

Voir l'article entier
idée cadeau japonais
Cadeau japonais : Quoi offrir à un fan du Japon ?

novembre 22, 2021 8 min de lecture

Voir l'article entier
kodo
Kôdô, l'art d'apprécier les parfums

novembre 16, 2021 5 min de lecture

Voir l'article entier