L’incroyable histoire du kimono japonais

octobre 01, 2019

L'histoire du kimono japonais

Dans ce nouvel article sur la culture japonaise, nous allons découvrir ensemble l’incroyable histoire du kimono japonais, un vêtement traditionnel qui fascine depuis la nuit des temps.

Avant de commencer, une petite étude étymologique du mot « kimono » (着物) est nécessaire. En japonais, ce terme signifie littéralement « chose que l’on porte sur soi » (« kiru » : porter / « mono » : chose) et désignait à l’origine tous les vêtements.

Au fil du temps, le terme « kimono » s’est petit à petit spécialisé pour désigner un seul type de vêtement traditionnel japonais que nous connaissons tous sous le nom de… kimono. C’est bien, vous suivez 👏. Pour assister à la naissance de ce vêtement japonais, il nous faut remonter loin dans le temps jusqu’à la période Heian (794 – 1185).

De nos jours, bien que le kimono ne soit plus porté quotidiennement au Japon, c’est une tenue traditionnelle toujours présente lors événements particuliers comme les mariages, les funérailles, les cérémonies de remise de diplôme ou cérémonies du thé.

La culture japonaise étant extrêmement riche et subtile, il existe de nombreux kimono portant chacun un nom différent en fonction de sa forme, de son usage et de la personne qui le porte (et oui, sinon ça aurait été trop facile 😅).

L’origine du kimono japonais

Si l’on veut être encore plus précis dans l’origine du kimono, il faut faire un petit bond en arrière et remonter à la période de Nara (710 – 794), une époque où le Japon était sous influence chinoise. Cette influence se ressent notamment au niveau vestimentaire et c’est ainsi que nous rencontrons l’ancêtre direct du kimono, le kosode. Il s’agit alors d’un sous-vêtement porté sous une veste ample, un pantalon large de style chinois (hakama) pour les hommes et une jupe longue pour les femmes.

Kosode et hakamaKosode et Hakama (pantalon-jupe d'influence chinoise)

Durant la période Heian (794 – 1185), suite à une rupture diplomatique entre la Chine et le Japon, les Japonais développent peu à peu un sens de l’esthétique et du raffinement qui sera à l’origine de l’élégance japonaise que nous connaissons actuellement.  Ainsi, une grande attention est accordée à la forme des vêtements, aux tissus et à l’harmonie des couleurs.

Le kosode devient alors un vêtement japonais confectionné à partir de longs pans de tissu rectilignes cousus ensemble et dont les emmanchures sont étroites. Il s’oppose à l’osode, un vêtement aux manches larges et longues. Petit à petit, le kosode pour femme se différencie du kosode pour homme. Au cours de son évolution, le tissu est de plus en plus travaillé et s’épaissit pour pouvoir être porté en extérieur. 

Le kimono japonais devient populaire

La période Heian laisse place à la période Kamakura (1185 – 1333) et le kosode continue d’évoluer au rythme de la société japonaise. Les guerriers portent l’osode pour assister aux cérémonies et adoptent le kosode en soie dans la vie de tous les jours.

Kosode de guerrier et d'aristocrateA gauche, un kosode de la classe guerrière. A droite, un kosode de l'aristocratie.

Au cours de la période Muromachi (1336 – 1573), le kosode est porté de plus en plus souvent sans pantalon et perd complètement son statut de sous-vêtement. Le tissu utilisé devient de plus en plus épais et lourd pour faire du kosode un vêtement d’extérieur adaptable à toutes les saisons.

L’absence de hakama, le pantalon de style chinois habituellement porté avec le kosode, nécessite alors de trouver une nouvelle façon de tenir le vêtement fermé. Vous l’aurez compris, c’est ainsi que la ceinture obi a vu le jour.

Pour tout savoir sur l'histoire merveilleuse de cette ceinture, n'hésitez pas à lire notre article Obi de kimono : son histoire et les différents types.

La période Momoyama (1573 – 1600) assiste à un véritable épanouissement du marché des textiles qui contribue à l’enrichissement des marchands. Ces derniers, ainsi que leur femme, adoptent à leur tour le port de kosode élégants et travaillés comme les guerriers.

Tandis que ce vêtement japonais devient populaire auprès du peuple japonais, le terme « kimono » fait son apparition et devient synonyme de kosode.

L’évolution de la forme, des tissus et des motifs du kimono japonais

A l’époque d’Edo (1600 – 1868), les termes kosode et kimono étaient utilisés pour désigner un vêtement aux manches courtes et étroites avec un pan de tissu plus ou moins long sous chaque manche.

Le kimono a commencé à se diversifier pour exister sous différentes formes, adopter différents noms et s’adapter à différentes occasions, saisons ou encore statut sociales. Un exemple est le furisode, un kimono aux manches extrêmement longues réservé aux jeunes filles et aux femmes qui ne sont pas encore mariées.

FurisodeExemple de furisode, kimono aux longues manches

Le kimono devient le vêtement emblématique du Japon et joue un rôle unificateur au sein de l’archipel nippon. Tous les Japonais portent alors le kimono, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur situation socio-économique.

Ce vêtement japonais ample à la coupe droite présente de nombreux avantages – avantages qui ont largement contribués à ce qu’il devienne un vêtement populaire adopté par tous au quotidien.

  • Polyvalent et facile à porter
  • Adaptable à toutes les morphologies
  • Facile à plier pour être ranger
  • Adaptable à toutes les saisons : il suffit de superposer les couches en hiver ou bien de choisir un tissu léger et respirant en été

Durant la première moitié de l’ère Edo, le tissu du kimono est élaboré et sophistiqué, si bien que ce vêtement devient une véritable forme d’art. Les motifs représentent des paysages japonais détaillés, les textiles sont variés (soie, coton, lin…), les couleurs sont vives et certains kimono sont brodés avec des fils d’or.

Kosode ornés de somptueux motifsKosode ornés de somptueux motifs végétaux

La ceinture obi devient un accessoire de mode à ne surtout pas négliger. Le choix de sa matière et de ses couleurs est très important et permet de se renseigner sur vos goûts et votre sens du raffinement. 

Le kimono sert également d’indicateur de classe sociale : plus le tissu est décoré et précieux, plus son propriétaire est riche.

Au cours de la deuxième moitié de l’ère Edo, la situation économique se détériore et contraint les Japonais à mettre de côté les extravagants tissus pour revenir à un kimono plus simple. Les représentations tissées et brodées de paysages japonais laissent place à des motifs géométriques plus sobres.

Au même moment, le yukata devient populaire et est de plus en plus porté à l’extérieur. Cette version légère et décontractée du kimono est beaucoup moins chère et plus simple à porter.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez aller lire notre article sur les différences entre kimono et yukata.

Le déclin du kimono traditionnel

Au cours de son histoire, le kimono japonais a bien faillit disparaître. L’ère Meiji (1868 – 1912) marque l’ouverture du Japon sur le monde et la modernité. Les représentants du gouvernement, les policiers, les fonctionnaires et les professeurs ont été obligé d’adopter des vêtements occidentaux lorsqu’ils étaient en fonction. C’est ensuite au tour de l’armée et des écoles de se voir dans l’obligation de porter une tenue occidentale.

Kokumin FukuPort de l'uniforme national par les hommes, le kokumin fuku

En 1940, le vêtement occidental, appelé kokumin fuku, devient l’uniforme national obligatoire pour les hommes. Le kimono japonais traditionnel tombe alors en désuétude mais reste cependant obligatoire pour assister aux cérémonies officielles.

Le kimono japonais de nos jours

Dans la société actuelle du Japon, le kimono reste un vêtement traditionnel réservé aux occasions spéciales ou à certaines professions, comme les Geishas. Une grande majorité de Japonais a depuis longtemps adopté le port de vêtements occidentaux dans la vie de tous les jours. Toutefois, le yukata reste assez populaire et est souvent porté en été, lors de festivals et fêtes populaires.

Jeunes portant yukata dans quartier HarajukuDe jeunes Japonais portant un yukata dans le quartier Harajuku.

Le kimono est un vêtement qui coûte très cher et comme les occasions de le porter se font rares, de plus en plus de personnes se tournent vers une option beaucoup plus rentable : la location de kimono.

Vous pouvez également trouvé de magnifiques kimono japonais pour femme à des prix abordables dans la boutique de Univers du Japon.

collection kimono japonais femme

Pour vous, messieurs, si vous souhaitez acheter un kimono japonais pour homme de qualité avec un tissu doux et confortable, vous trouverez votre bonheur dans notre collection. 

collection kimono japonais homme

Il n’est pas rare de croiser des jeunes de la nouvelle génération porter un yukata ou un kimono dans les rues, surtout dans le quartier Harajuku. Généralement, le kimono est accompagné d’accessoires contemporains dans le but de le moderniser un peu.

Grâce à l’intérêt grandissant des occidentaux pour ce vêtement confortable et élégant, et ses quelques apparitions dans les défilés de mode, le kimono est loin d’avoir dit son dernier mot !


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.