10 symboles emblématiques du Japon

novembre 17, 2019

symboles du Japon

Vous souhaitez en savoir un peu plus sur le pays du Soleil-levant ? Dans cet article, nous vous présentons une liste - non exhaustive - de quelques symboles emblématiques du Japon. Bien entendu, résumer le pays nippon à ces 10 symboles japonais serait bien réducteur, mais c'est une excellente base pour enrichir votre culture générale et briller en société. Il faut savoir que la taille du Japon est inversement proportionnelle à sa richesse culturelle, alors si vous souhaitez en apprendre d'avantage sur ce merveilleux pays, n'hésitez pas à lire les autres articles de notre blog sur le Japon. Bonne lecture !

1. Le drapeau japonais

drapeau-japonaisUn rond rouge dans un rectangle blanc. Le drapeau du Japon fait partie des drapeaux les plus facilement reconnaissables. D’apparence simple, ce symbole national cache pourtant une signification profonde ainsi qu’une histoire aux allures de légende. En japonais, ce drapeau porte le nom de hi no maru, ce qui signifie « le cercle du soleil ». La couleur blanche représente la pureté et le cercle rouge – vous l’aurez compris – représente le soleil. D’après la légende, un prêtre bouddhiste aurait offert un disque solaire à l’Empereur du Japon qui était considéré alors comme le descendant de la déesse du Soleil, Amaterasu. La première utilisation du drapeau japonais daterait de 701 mais ce n’est que le 13 août 1999 qu’il fut déclaré officiellement comme symbole national.

2. Le Mont Fuji

Mont Fuji

Située sur la plus grande île de l’archipel japonais, cette montagne volcanique est le point culminant du pays (3 776 mètres d’altitude). Facilement reconnaissable avec sa forme de cône et son sommet enneigé, le Mont Fuji est une destination très prisée des touristes. Il est possible de faire son ascension (même pour les randonneurs peu expérimentés) ou de profiter simplement du paysage alentour. La dernière éruption de ce volcan date de 1707 et dura environ deux semaines. Aujourd’hui, il est toujours actif.

Cette montagne, d’une beauté exceptionnelle, a toujours fasciné le peuple nippon et les artistes, dont le peintre Hokusai qui réalisa toute une série d’estampes autour du Mont Fuji. Ce projet, connu sous le nom des Trente-Six Vues du Mont Fuji, a donné naissance entre autre au célèbre tableau La Grande Vague de Kanagawa.

3. Les cerisiers en fleurs

    cerisiers en fleurs

    Tous les ans, au début du printemps, les rues et les parcs des villes japonaises prennent une jolie couleur rose pâle. C’est le moment idéal pour se promener et admirer les cerisiers en fleurs (sakura en japonais). Leur floraison est un véritable événement célébré à travers tout l’archipel. En famille ou entre amis, les Japonais prennent d’assaut les parcs pour pique-niquer et boire du saké sous les cerisiers fleuris. Cette tradition porte le nom de sakura ohanami, ce qui signifie « la contemplation des fleurs de cerisiers ».

    4. Les sushi

      sushi

      En entendant le mot sushi, vous devez probablement avoir en tête l’image d’une soirée devant un film ou entre copines avec un plateau de sushi commandé au restaurant japonais du coin. Cette préparation japonaise à base de riz et de poisson cru connait un véritable succès en France, mais les sushi que nous connaissons sont loin de ressembler à ceux du Japon. Considérés à tort comme l’emblème de la cuisine japonaise, leur consommation reste occasionnelle au pays du Soleil levant, bien que vous puissiez en trouvez partout (restaurant, konbini, hypermarché…).

      En occident, les sushi que nous avons l’habitude de manger (une boule de riz recouverte d’une fine tranche de poisson cru) sont en réalité des nigiri-sushi, une des premières formes de sushi inventées. Au Japon, le mot sushi désigne tout un ensemble de plats composés de riz vinaigré et de poisson cru, fruits de mer ou légumes. Il existe près de huit formes de sushi différentes. Bien entendu, la tradition veut que les sushi soient dégustés avec une paire de baguettes japonaises et non une fourchette !

      5. Les geisha

        Geisha

        Les geisha sont l’incarnation même de l’élégance et du raffinement japonais. Ces femmes consacrent leur vie aux arts traditionnels japonais tels que la danse, le chant, la poésie, la composition florale ou encore la maîtrise d’instruments traditionnels.  D’ailleurs, la signification littérale du terme geisha est « personne pratiquant les arts ». Le métier de geisha consiste à vendre son temps et ses talents pour divertir de riches clients lors de réceptions ou spectacles. Les geisha ne sont en aucun cas des prostitués, contrairement aux idées reçues. Elles doivent faire preuve d’une grande culture générale et maîtrisez parfaitement l’art de la conversation. Pour devenir une geisha, il faut commencer sa formation très jeune et ce long apprentissage implique souvent de sacrifier son enfance et ses rêves de fonder une famille.

        6. Le sumo

          Sumo

          Considérés comme des demi-dieux, les lutteurs de sumo sont très appréciés au Japon. Ce sport de lutte japonais est vieux de plusieurs siècles, il a été mentionné pour la première fois dans des écrits datant de 712. Les lutteurs sont appelés rikishi – l’appellation sumotori étant courante en France mais peu utilisée au Japon. Les règles du combat de sumo sont simples : il faut réussir à faire sortir l’adversaire du cercle (dohyô) ou faire en sorte qu’une partie de son corps, autre que la plante des pieds, touche le sol. Avant le combat, les lutteurs accomplissent un rituel de préparation qui consiste à chasser les mauvais esprits et impressionner l’adversaire à coup de regards meurtrier, de claquements de cuisses et de gestes cérémonieux. Ce rituel dure généralement plus longtemps que le combat lui-même.

          7. Les samouraï

            SamouraïIllustration d'après la légende de Yasuke (le premier samouraï noir au Japon).

            Avec son casque si particulier et son katana, le samouraï est une figure emblématique du Japon, facilement reconnaissable à travers le monde entier. Ces anciens guerriers japonais ont marqué l’histoire du pays jusqu’au début de l’époque Meiji (1868-1912), époque qui marqua leur disparition. Le terme « samouraï » provient du verbe saburau qui signifie « servir » et désigne un guerrier au service d’un seigneur, le daimyo. Le samouraï reçoit une éducation stricte et doit respecter un code d’honneur, le bushido. Il se doit d’être fidèle et sans peur, mais également cultivé et raffiné.

            8. Le maneki neko

              maneki neko

              Le terme japonais maneki neko signifie « le chat qui invite ». Si vous êtes déjà allé au Japon, vous avez sûrement pu apercevoir cette figurine de chat à l’entrée des commerces, restaurants ou dans les maisons de particuliers. Ce chat est représenté assis, avec une ou deux pattes avant levées et un sourire sympathique. Il s’agit d’un porte-bonheur japonais traditionnel réputé pour attirer la chance, le bonheur et la bonne fortune à son propriétaire. Le maneki neko possèdent plusieurs histoires et légendes fabuleuses qui racontent ses origines. Pour les découvrir, nous vous invitons à lire notre article sur le Maneki neko, un chat japonais porte-bonheur.

              9. Les temples et sanctuaires

                temple bouddhiste

                Au Japon, deux religions principales cohabitent en harmonie, le bouddhisme et le shintoïsme. De ce fait, il existe deux grands types de monuments religieux : les temples bouddhistes et les sanctuaires shinto.

                Le shintoïsme, religion native du Japon, est né d’un mélange entre animisme et chamanisme. Ce culte est fondé sur la vénération des forces de la nature et des kami, sorte de « divinités » ou « esprit » présents un peu partout dans la forêt, au sommet d’une montagne ou sous une cascade. Chaque sanctuaire est généralement dédié à une seule divinité. Officiellement, 79 000 sanctuaires shinto ont été recensé sur tout le territoire japonais.

                Le bouddhisme est importé de Chine et de Corée, il fit son apparition au Japon entre le V et VI siècle. Cette religion suit les enseignements de Bouddha (terme sanskrit signifiant « éveillée ») et guide les hommes sur une voie spirituelle menant à l’Eveil. Il existe plus de 77 000 temples bouddhistes répartis sur l’ensemble de l’archipel, dont certains figurent au patrimoine mondial de l’UNESCO.

                10. L’esprit Zen

                  jardin zen

                  Le Zen est avant tout une branche du bouddhisme – comme le catholicisme est une branche du christianisme – mais les Japonais ont su s’approprier les principes du bouddhisme zen à tel point qu’il constitue le cœur de la spiritualité et de l’esthétique japonais. L’Esprit Zen se retrouve dans de nombreuses formes d’art telles que la cérémonie du thé, la composition florale, la calligraphie et même les arts martiaux. L’exemple le plus évident pour un étranger pourrait être le jardin zen. Ce jardin japonais est un espace de quiétude et de méditation, où l’homme et la nature entretiennent une relation harmonieuse.


                  Laisser un commentaire

                  Les commentaires sont approuvés avant leur publication.